Taking too long? Close loading screen.
Vous lisez actuellement:
Près de 20 candidats au rachat de la compagnie aérienne cap-verdienne
Full Article 2 minutes read

Près de 20 candidats au rachat de la compagnie aérienne cap-verdienne

Près de 20 entreprises nationales, hommes d’affaires et investisseurs étrangers ont déjà exprimé leur intérêt pour le rachat de la compagnie de transport aérien du Cap-Vert TACV, a indiqué le gouvernement cap-verdien.

L’acheteur retenu gérera la compagnie pour une durée minimale de cinq ans et un maximum de 10 ans, a précisé le gouvernement.

TACV est en cours de restructuration, du fait de l’expiration du contrat de gestion conclu par le gouvernement avec la compagnie nordique Icelandair.

“Jusqu’à présent, l’Unité de surveillance du secteur des entreprises (UASE) a reçu environ 20 manifestations d’intérêt spontanées d’entrepreneurs et d’entreprises nationales, mais aussi d’investisseurs étrangers, dont certains ont déjà réalisé d’importants investissements dans le pays”, a indiqué le gouvernement dans un communiqué.

La privatisation de TACV prévoit la vente totale de l’entreprise, en réservant 51% du capital à un partenaire stratégique, 39% des actions aux investisseurs institutionnels et 10% aux émigrés et travailleurs cap-verdiens.

Le partenaire stratégique, selon la même source, doit avoir une “expérience pertinente” dans le transport aérien international de passagers et une expertise technique et de gestion dans le secteur de l’aviation, ainsi que des compétences et des capacités financières.

La semaine dernière, le Premier ministre cap-verdien Ulisses Correia e Silva, s’exprimant à l’ouverture du débat sur l’état de la nation, a déclaré que la compagnie Icelandair avait présenté une proposition d’acquisition de 51% de TACV.

Quant aux travailleurs et émigrés, qui peuvent acquérir 10% du capital, ils bénéficieront d’une décote de 15% par action, ce droit devant être exercé dans un délai maximum de 30 et 60 jours respectivement à compter de la date de début de l’opération.

Avec un passif cumulé de plus de 100 millions d’euros, la société TACV, qui a déplacé sa base opérationnelle de Praia, capitale cap-verdienne, vers l’île de Sal, n’assure plus que les vols internationaux.

Recommandations

Input your search keywords and press Enter.