Taking too long? Close loading screen.
Now Reading:
La taxe “régressive” sur les réseaux sociaux en Ouganda pourrait coûter des centaines de millions de dollars à son économie
Full Article 4 minutes read

La taxe “régressive” sur les réseaux sociaux en Ouganda pourrait coûter des centaines de millions de dollars à son économie

Début juillet, le pays d’Afrique de l’Est a introduit une taxe sur l’accès à 60 sites Web et applications de réseaux sociaux, y compris WhatsApp, Twitter et Facebook. La redevance est appliquée par les entreprises de télécommunications, qui déduisent une redevance quotidienne ou hebdomadaire chaque fois qu’un utilisateur accède aux applications ciblées. Le gouvernement a également augmenté les droits sur les transactions d’argent mobile de 10 % à 15 %. Ces mesures, a-t-il dit, réduiraient la fuite des capitaux et amélioreraient le ratio de l’impôt sur le PIB du pays. Les critiques soutiennent que la taxe impose un fardeau indu aux pauvres et vise à freiner les critiques du gouvernement.

Selon une nouvelle étude de Research ICT Solutions, une entreprise canadienne de renseignements en télécommunications, ces mesures risquent de s’avérer contre-productives. Le rapport montre que la taxation pourrait miner la croissance économique en Ouganda, réduire les revenus des opérateurs de téléphonie mobile et mettre en péril des milliers d’emplois dans le secteur numérique.

Les droits de douane ont déjà contribué à la baisse des transactions monétaires mobiles. Les opérateurs ont également signalé une baisse de 20% du nombre d’abonnés utilisant les données depuis l’imposition de la taxe sur les réseaux sociaux (de nombreux utilisateurs contournent la redevance en utilisant des réseaux privés virtuels). En tenant compte à la fois de l’impact économique de la pénétration du haut débit et de l’élasticité-prix de l’utilisation de l’Internet mobile, Research ICT Solution estime que les frais ad hoc pourraient coûter 750 millions de dollars à l’économie ougandaise rien que cette année.

La stratégie du gouvernement visant à accroître les recettes fiscales sanctionne effectivement un secteur qui a le potentiel de stimuler la croissance, affirme l’entreprise. L’augmentation des tarifs pour les utilisateurs pauvres réduira leur consommation, limitera l’inclusion financière et, à son tour, réduira les revenus des opérateurs et l’adoption du haut débit. Ils disent que la taxe est aussi “régressive” parce qu’elle impose le même montant aux habitants des grandes villes comme Kampala qu’à ceux des villages et des petites villes comme Bukedi.

“Les nouvelles taxes ne sont pas généralisées, ne ciblent pas le secteur des TIC, pénalisent les externalités positives, ne sont pas simples à appliquer, faussent la concurrence et sont régressives “, ont déclaré les auteurs.

Les critiques voient dans cette taxe un moyen de faire taire l’opposition en ligne croissante au président Yoweri Museveni, âgé de 73 ans, qui est au pouvoir depuis 32 ans. Museveni a déclaré ouvertement qu’il veut que la redevance cesse les “ragots” en ligne.

La taxe a fait l’objet d’intenses protestations en ligne et hors ligne, ce qui n’a fait que renforcer la position de l’État. Cette dissidence s’est intensifiée ces dernières semaines alors que l’arrestation et la torture présumée de Robert Kyagulanyi, un musicien devenu politicien et populairement connu sous le nom de Bobi Wine, a ébranlé le pays.

La croissance économique de l’Ouganda a ralenti ces dernières années, selon la Banque mondiale, passant d’une croissance annuelle moyenne de 4,5% en cinq ans à 2016, contre 7% par an dans les années 1990. Le recouvrement des recettes intérieures a également pris du retard, ce qui entrave la capacité de financer des projets d’infrastructure et des filets de sécurité sociale dont on a tant besoin. Le gouvernement peut penser que le lobbying fiscal sur son secteur des communications et de la technologie est un moyen novateur d’augmenter les recettes monétaires, mais à mesure que l’impact de la téléphonie mobile sur le progrès en Afrique continue de croître, c’est peut-être même le contraire.

Recommandations

Laisser un commentaire

Input your search keywords and press Enter.