Taking too long? Close loading screen.
Vous lisez actuellement:
Kenya: sept rhinocéros morts après avoir été changés de parc
Full Article 3 minutes read

Kenya: sept rhinocéros morts après avoir été changés de parc

Sept rhinocéros noirs, une sous-espèce en grand danger d’extinction, sont morts après avoir été déplacés dans une nouvelle réserve du sud du Kenya, a-t-on appris vendredi auprès de responsables pour la protection de la faune.

Le Service kényan de la faune (KWS) a refusé de commenter officiellement ces décès, mais un de ses responsables, s’exprimant sous couvert d’anonymat, a admis que “sept rhinocéros sont morts, mais on ne sait pas encore pourquoi”.

Un autre officiel du KWS a confirmé l’information, mais a expliqué qu’une enquête devait d’abord être menée avant que l’institution puisse communiquer officiellement.

Ces sept animaux décédés faisaient partie d’un groupe de 14 rhinocéros noirs qui avaient été déplacés en juin des parcs nationaux de Nairobi et Nakuru vers celui du Tsavo-Est.

Le déplacement vers un nouvel habitat d’animaux menacés, qui doivent être endormis le temps du voyage, n’est pas sans risques. Mais la mort d’animaux durant ce type d’opérations est rare.

Le transfert de ces 14 rhinocéros noirs avait été lancé en fanfare par le ministre du Tourisme Najib Balala. Celui-ci n’a pas encore commenté leur décès.

Paula Kahumbu, la directrice de Wildlife Direct, une organisation de protection des animaux, a appelé les autorités à prendre leurs responsabilités et à expliquer ce qui s’était passé.

“Des rhinocéros sont morts, nous devons le dire ouvertement quand ça arrive et pas une semaine ou un mois plus tard”, a-t-elle déclaré. “Quelque chose n’a pas marché et nous voulons savoir quoi.”

Selon l’organisation Save the Rhinos, il reste moins de 5.500 rhinocéros noirs dans le monde, vivant tous en Afrique. Le Fonds mondial pour la nature (WWF) estime que le Kenya en abrite 750.

Neuf rhinocéros ont été tués au Kenya en 2017, selon le KWS. En mai, trois rhinocéros avaient été abattus, et leurs cornes sectionnées et emportées, dans le parc national de Meru (centre).

Dans leur milieu naturel, les rhinocéros n’ont que peu de prédateurs, en raison de leur taille et de leur peau épaisse.

Mais de prétendues vertus médicinales attribuées en Asie à leur corne ont alimenté depuis des décennies un braconnage implacable qui a largement décimé l’espèce. Un kilo de corne de rhinocéros se négocie pour plusieurs dizaines de milliers de dollars au marché noir en Chine et au Vietnam.

Recommandations

Input your search keywords and press Enter.