Taking too long? Close loading screen.
Vous lisez actuellement:
Au Ghana, une cathédrale futuriste qui sème la discorde
Full Article 5 minutes read

Au Ghana, une cathédrale futuriste qui sème la discorde

Le Ghana est peut-être l’un des pays les plus religieux au monde, mais le projet de construction d’une nouvelle cathédrale monumentale à Accra n’a pas reçu l’onction universelle.

Depuis que les plans architecturaux ont été dévoilés en mars, de nombreuses voix s’élèvent pour critiquer un projet couteux, en décalage avec les préoccupations de la majorité des Ghanéens qui vivent dans la pauvreté.

Imaginée par l’architecte ghanéo-britannique David Adjaye, l’église de la discorde doit être bâtie sur un site de six hectares et pouvoir accueillir jusqu’à 5.000 fidèles, à quelques pas du Parlement national.

Un centre de documentation religieuse et le premier musée africain de la Bible prendront également leurs quartiers au milieu de jardins fleuris aménagés autour de la principale structure, qui prendra une forme concave futuriste.

Le lieu, présenté comme “une maison de prière pour tous”, pourra aussi servir à des cérémonies officielles, qui se tiennent d’ordinaire au Square de l’Indépendance ou dans la résidence du président de la république à Accra.

Chika Okeke-Agulu, professeur d’histoire de l’art à l’université de Princeton aux Etats-Unis, a défendu ce projet, décrit comme un atout “énorme” pour l’image du Ghana, dans une tribune récente publiée sur le New York Times.

La cathédrale “va inspirer d’ambitieux projets architecturaux à travers le continent, en utilisant les talents des artistes africains émergents”, a-t-il dit.

Architecte reconnu, David Adjaye a été fait chevalier en Grande-Bretagne, après avoir dessiné le Musée national de l’histoire et de la culture afro-américaine à Washington.

Il a affirmé que c’était “un immense honneur d’avoir la possibilité de contribuer à quelque chose de cette ampleur” dans son pays d’origine.

– Ferveur religieuse –

Mais les réactions sont plus mitigées sur les réseaux sociaux, où de nombreux Ghanéens ont dénoncé des dépenses inutiles et moqué la folie des grandeurs de leurs dirigeants, bien que le coût du projet n’ait pas été dévoilé.

“Nous avons donc besoin de construire une cathédrale pour pouvoir nous vanter d’avoir réussi? Conneries”, a asséné un internaute sur Twitter

“Comment en sommes-nous arrivés au point où les gens préfèrent dépenser de l’argent dans l’apparence d’une église plutôt que pour les malades, les pauvres, les sans-abri et les gens de la communauté?”, s’interrogeait un autre.

La religion joue pourtant un rôle majeur dans la vie quotidienne au Ghana, pays où cohabitent paisiblement des églises, des mosquées, des temples animistes ou encore des prédicateurs de rue.

En 2012, l’institut de sondage WIN-Gallup International, qui avait conduit une enquête sur 57 pays, avait conclu que le Ghana était le pays le plus croyant d’entre eux, avec 96% de pratiquants et 0% de gens identifiés comme athées.

Selon le dernier recensement national de 2010, 71,2% des 23,6 millions d’habitants du Ghana sont chrétiens et 17,6% musulmans.

Le président ghanéen Nana Akufo-Addo a nommé un comité exécutif composé de 13 leaders religieux pour lever des fonds et gérer la construction de la nouvelle cathédrale.

Le gouvernement a également concédé gracieusement le terrain où elle sera bâtie, insistant sur le fait qu’aucun financement public n’a été engagé pour ce projet, dans un pays où la laïcité est consacrée par la Constitution.

– “Saturation” –

“Nous devrions rendre à César ce qui est à César et à Dieu ce qui appartient à Dieu”, a déclaré à l’AFP le secrétaire général du Conseil chrétien du Ghana, Cyril Fayose, se montrant septique face au manque de transparence des autorités.

“L’ingérence du gouvernement dans les affaires de l’église soulève parfois des interrogations sur ce qui les pousse à faire ça (…) les motivations derrière cela ne sont pas très claires pour nous”, a-t-il ajouté.

Un militant pro-laïcité de la société civile ghanéenne, James Kwabena Bomfeh, a intenté une action en justice contre le gouvernement, estimant que le projet est anti-constitutionnel. Il espère faire interdire les travaux avant la pose de la première pierre.

Le gouvernement, censé être sur le plan religieux, a accordé un traitement de faveur aux tenants du culte catholique, selon M. Bomfeh, membre d’une église évangélique.

Une conseillère de la présidence, Clara Napaga Tia Sulemana, a rejeté les accusations de favoritisme à l’égard d’une religion.

Elle a notamment rappelé que les autorités avaient déjà participé au financement de mosquées et d’autres activités comme le pèlerinage annuel des musulmans à la Mecque.

Pour l’éditorialiste ghanéen Nii Kotei Nikoi, la question porte moins sur la participation du gouvernement que sur l’importance accordée au religieux, omniprésent dans le pays.

“Dans un quartier, vous pouvez avoir cinq à six églises. Le problème fondamental est qu’Accra est saturée d’églises”, estime-t-il.

Recommandations

Input your search keywords and press Enter.