Taking too long? Close loading screen.
Vous lisez actuellement:
Un arbitre burkinabé impliqué dans une affaire de corruption, suspendu par la CAF
Full Article 3 minutes read

Un arbitre burkinabé impliqué dans une affaire de corruption, suspendu par la CAF

Un arbitre burkinabè a été suspendu par la Confédération Africaine de Football le samedi 7 juillet 2018. Cette sanction est la conséquence d’un scandale de corruption au Ghana qui a entraîné la suspension de la Fédération ghanéenne de football et la chute du vice-président de la CAF Kwesi Nyantakyi. Ainsi la CAF a décidé de faire le ménage en prononçant la suspension de 11 arbitres, dont une suspension à vie et deux de 10 ans ! 11 arbitres supplémentaires sont également suspendus à titre provisoire. Boukari Ouedraogo, un arbitre burkinabè en fait partie.

Suite à une vidéo montrant les arbitres en train d’accepter des pots-de-vin pour truquer des matchs du championnat ghanéen et des compétitions africaines…A la suite donc de ses révélations, le jury disciplinaire de la confédération africaine de football de la CAF La (CAF) s’est réuni le 7 juillet pour prononcer de lourdes sanctions à l’égard de 11 arbitres.

Anas Aremeyaw Anas, un journaliste d’investigation avait mis en évidence un système de corruption à l’œuvre dans le football ghanéen et même africain. Celui-ci a conduit à une enquête et a abouti à la chute du président de la Fédération ghanéenne de football (FA Ghana) et 1er vice-président de la CAF, Kwesi Nyantakyi, contraint à la démission. Mais le dirigeant n’est pas le seul officiel impliqué dans ce scandale.

22 officiels potentiellement sanctionnés filmé en train d’accepter 600 dollars de la part d’un journaliste se faisant passer pour un dirigeant de club ghanéen, l’arbitre assistant Marwa Range (Kenya) est le plus lourdement frappé puisqu’il écope d’une « exclusion à vie de toute activité liée au football de la CAF » ! Un coup dur pour celui qui était retenu pour le Mondial 2018 mais qui avait dû renoncer en raison de l’éclatement de ce scandale. L’arbitre Yanissou Bebou (Togo) et l’arbitre assistant Jallow Ebrima (Gambie) écopent quant à eux de 10 années de suspension. Des arbitres ivoiriens, maliens, burkinabè, mauritaniens et nigériens en ont eux aussi pris pour des peines allant de 2 à 6 ans. Enfin, 11 arbitres sont provisoirement suspendus « jusqu’à l’examen de leur cas par le Jury Disciplinaire le 5 août 2018.

« Au total, ce sont donc 22 officiels potentiellement sanctionnés. Cette fois, la CAF a décidé de faire le ménage ! Dans la liste des arbitres Africains sanctionnés, figure un Burkinabè, Boukari Ouedraogo. Ce dernier écope de 5 ans de suspension de toute activité liée au football de la CAF. Selon un membre de la Fédération burkinabè de football, la coupe UFOA jouée au Ghana pourrait être la source de malheur de cet arbitre international.
Juste Mien

Recommandations

Input your search keywords and press Enter.