Taking too long? Close loading screen.
Vous lisez actuellement:
Situation nationale selon le CFOP : « l’État burkinabè est en train de disparaitre », dixit Zephirin Diabré
Full Article 4 minutes read

Situation nationale selon le CFOP : « l’État burkinabè est en train de disparaitre », dixit Zephirin Diabré

Le Tableau Socio-économique, politique, sécuritaire… du pays des Hommes intègres a été peint en noir par le Chef de File de l’Opposition Politique du Burkina ce mardi 3 juillet 2018 par son Président himself. Il est passé au peigne fin la gouvernance a mi-mandat du Président Roch Marc Christian Kaboré. Tous les domaines d’activités ont fait l’objet d’une analyse froide et sans complaisance du chef de File de l’Opposition.

L’incompétence est la vertu la plus récompensée au Burkina, c’est l’une des assertions du Chef de File de l’Opposition Politique du Burkina (CFOP) ce mardi 3 juillet 2018 à Ouagadougou, lors de sa conférence de presse hebdomadaire. En effet, Zephirin Diabré n’est pas allé par le dos de la cuillère pour expliquer sa non satisfaction de la gouvernance MPP en deux ans et demi.il a passé à la loupe, les actions du parti au pouvoir depuis son accession au pouvoir jusqu’à nos jours.

« Au-delà de tout ce qui a été dit pendant la sortie médiatique, il apparait finalement que cette interview n’aura été qu’une tribune pour M. Kaboré, d’annoncer sa candidature aux élections présidentielles de 2020 », lance d’entrée Zéphirin Diabré concernant la sortie médiatique le 24 juin dernier du Président du Faso. Non sans fustiger cette sortie, M. Diabré espérait que cela devait être l’occasion pour le PF, à l’endroit des masses laborieuses de notre pays, de faire un diagnostic de la situation nationale et donner une orientation claire. Au lieu de ça, la sortie qui semblait « improvisée » et « impréparée », n’a été qu’une tribune pour le PF, d’annoncer sa candidature au élections présidentielles en 2020. Qu’est-ce qui peut pousser un Chef d’État a mis mandat, àfin d’annoncer sa candidature avec une telle précipitation se demande le CFOP ? « S’il ne court pas derrière quelque chose, il court certainement devant quelque chose », rigole-til. Pour eux la seule hypothèse possible, c’est que le PF craint que son camp ne lui préfère quelqu’un d’autre. La conclusion que le CFOP tire, c’est le Burkina Faso n’est plus dirigé par un Président au-dessus de la mêlée mais par un Président-candidat qui est entré en campagne.

  1. Diabré martèle que l’État burkinabè est en train de disparaitre en évoquant l’Eetat de la gouvernance politique du MPP.« Diriger un pays c’est prendre des décisions quand il le faut. Malheureusement nous avons un gouvernement poltron qui refuse de s’assumer », a dardé M. Diabré et d’ajouter : « La pagaille ne fait que s’enraciner irrémédiablement dans la mentalité collective ». Il affirme également que notre État est en train d’être submergé par l’incivisme et d’autres mauvais comportements de masse dus aux agissements de nos gouvernants. En outre, il laisse entendre que l’incompétence est devenue en deux ans et demi, la vertu la plus récompensée au Burkina car l’appartenance politique est devenue la garantie de la promotion professionnelle et économique.

Sur le plan sécuritaire au-delà des attaques terroristes les plus marquantes, Le Chef de File de l’Opposition politique du Burkina indique que la partie nord du pays est toujours sûr sous la menace terroriste persistante mettant à nu l’incapacité du pouvoir public à assurer la protection des populations. « Il est donc impérieux non seulement de donner les moyens nécessaires aux forces de l’ordre pour assurer la sécurité des personnes et des biens, mais aussi d’élaborer une politique cohérente de la Défense du territoire nationale », propose-t-il.

 

Juste Mien

Recommandations

Input your search keywords and press Enter.