Taking too long? Close loading screen.
Vous lisez actuellement:
Shamar Empire : Jonathan Pitroipa ajoute officiellement une corde à son arc
Full Article 3 minutes read

Shamar Empire : Jonathan Pitroipa ajoute officiellement une corde à son arc

L’international burkinabè Jonathan Pitroipa a réalisé ce samedi 23 juin 2018, son rêve d’enfant. En effet, ce jour a connu le lancement officiel des activités de SHAMAR EMPIRE, une structure de production musicale et de communication. Basé à Ouagadougou, SHAMAR EMPIRE était présent dans l’environnement culturel burkinabè depuis près d’une année.

Ce projet enfin une réalité, vient doter la sphère musicale et évènementielle burkinabè, d’une structure de production de haute technologie. Initié par le footballeur international burkinabè Jonathan Pitroipa. Le besoin ne se fera plus sentir pour les artistes burkinabè de quitter le pays pour se faire produire, mieux le Burkina pourrait aussi s’enorgueillir de produire des artistes étranger. Shamar Empire dispose, a en croire Adama Ouedraogo, Directeur général délégué de la structure, de meilleures conditions d’enregistrements et de matériels pour s’attirer les artistes d’ici et d’ailleurs. A cet effet, il compte déjà dans son écurie des artistes tels Ann Fifa du Bénin, Yungkrate du Nigéria.
Pitroipa Jonathan, au cours de la cérémonie indique que l’idée de la création de Shamar Empire est née en 2017. Quant au choix de la dénomination, Pit pour les intimes, précise que Shamar est le 2e prénom de son fils et Empire traduit la vision de l’entreprise. Des difficultés, il y a en eu de tout ordre, laisse-t-il entendre. « La question financière n’est pas le seul soucis dans la création d’une entreprise », déclare-t-i et d’ajouter « j’ai été confronté à des difficultés tels trouver un personnel hautement qualifié ». Le feu follet burkinabè est conscient de la concurrence qui existe dans le showbiz burkinabè. « Shamar Empire n’est pas là pour un esprit de concurrence. Nous sommes là pour apporter un plus dans le showbiz burkinabè », darde-t-il.
Shamar Empire entend utiliser les modèles de communications traditionnels tout en alliant les nouveaux moyens de commercialisation des œuvres tels le streaming et les moyens de dématérialisation des œuvres artistiques, foi du promoteur. Il se veut être un label sous régional avec son studio « Niiwaongo ». «Nous avons l’habitude de consommer la musique nigériane faite au Nigéria. Désormais nous allons consommer de la musique nigériane faite au Burkina », ajoute Adama Ouédraogo.
Avant de clore ses propos, Pitroipa Jonathan a tenu à faire une précision importante à ses yeux : « La réalisation de ce projet ne veut pas dire que je sors de mon cadre de footballeur. C’est ce qui m’a permis d’être là et qui m’a permis de pouvoir réaliser Shamar Empire. J’ai envie de diversifier mon apport et si je peux apporter un plus à la culture pour donner plus de visibilité à nos artistes, pourquoi pas ?».
En rappel, Shamar Empire est situé au quartier huppé de Ouaga 2000 dans la capitale burkinabè, Ouagadougou, à la rue André Aubaret à quelques pas de l’ambassade des Etats-Unis.

Recommandations

Input your search keywords and press Enter.