Taking too long? Close loading screen.
Vous lisez actuellement:
Sécurité islamique : quand la sécurité cause la psychose
Full Article 4 minutes read

Sécurité islamique : quand la sécurité cause la psychose

Tout a commencé avec le poste d’un internaute faisant état de la création d’une milice à Pouytenga ( localité située à 130 km de Ouagadougou) ayant les mêmes missions que le koglweogo.

Au vu de la question de la sécurité sécuritaire qui prévaut au Burkina Faso à ce moment, et vu les derniers événements  ( attaques de l’état major et de l’ambassade de France le 2 mars) , une panique générale s’est emparée de la toile , suscitant de vives réactions, allant jusqu’à comparer ce mouvement à la secte islamique  devenu mouvement terroriste Boko Haram.

 

Genèse de la sécurité islamique

ce mouvement existe depuis 2001

Une équipe de Anthem s’est déplacée dans ladite localité pour rencontrer les premiers responsables afin de comprendre la situation.

Il faut noter que sur place, nous avons trouvé des responsables bien accueillants et ouverts , qui se sont prêtés volontairement et sans tabou à nos questions.

Pour maître Yago Hamidou doctorant en étude islamique, secrétaire général du mouvement des jeunes Musulmans, ce mouvement existe depuis 2001. Il est déjà à Fada Ngourma, à Kaya etc.

Il n’est donc pas nouveau, et bénéficie selon ses dires de l’approbation des autorités locales.

Ce sont ces jeunes qui se mobilisent pour préparer le lieu de la manifestation ainsi que le maintien de l’ordre lors de la cérémonie

En effet, le mouvement a été lancé pour venir en aide aux forces de l’ordre souvent débordées lors des manifestations musulmanes. Il est chargé de maintenir l’ordre dans les lieux de rassemblements publics. Lorsqu’il y a une manifestation particulière  (prière, Wazou ou arrivée d’une autorité religieuse) « ce sont ces jeunes qui se mobilisent pour préparer le lieu de la manifestation ainsi que le maintien de l’ordre lors de la cérémonie. Ils n’ont ni arme à feu , ni matraque, ni arme blanche. Ils donnent un coup de main aux forces de l’ordre présentes qui sont souvent en nombre insuffisant ou débordés. » explique le docteur Yago Hamidou.

« lorsque la manifestation s’achève,   ils enlèvent leur uniforme et redeviennent citoyens ordinaires » poursuit-il.

[socialpoll id=”2494929″]

Est-ce que les autorités sont au courant ?

« oui » répond sans ambage docteur Yago.

« Lorsque les jeunes ont voulu confectionner leur uniforme, ils ont été voir les autorités locales pour leur montrer le modèle de leur tenue . Ils ont reçu le quitus de celles-ci pour la confection. C’est dire que les premiers responsables sont au courant et ont la possibilité venir voir de près le travail pour s’assurer qu’il n’y a pas de détournement à d’autres fins ».

Que pensent-ils des opinions sur la toile ?

“Nous combattons le terrorisme sous toutes ses formes et l’Islam ne sera jamais du côté de la violence”

« elles sont justifiées surtout après tout ce qui s’est passé. Mais il faut que les uns et les autres comprennent que nous menons le même combat. Ceux qui font les attaques ne sont pas des musulmans. Ils se servent de notre foi pour assouvir leur plan machiavélique.  Nous combattons le terrorisme sous toutes ses formes et l’Islam ne sera jamais du côté de la violence. Cependant la stigmatisation et la méfiance systématiques ne doivent pas aussi guider les Burkinabè. Ils nous faut nous associer dans le dialogue et la recherche de la vérité pour lutter contre les terroristes. »

Qu’en est il du financement de ce mouvement ?

Pour le docteur Yago ces jeunes n’ont aucune rémunération liée à leur service. Ils le font de façon bénévoles au nom de l’amour qu’ils ont pour leur foi.

Il poursuit en expliquant que mêmes les réalisations du centre ont été entièrement financées par des fidèles musulmans, qui se serrent les coudes pour donner un éclat particulier à leur lieu de culte.

En conclusion

Il semble qu’en apparence la situation qui a conduit au tollé de ces derniers jours sur la toile ait été exagéré, ce qui l’on s’en doute découlait de raisons légitimes. Si pour cette fois, il ne s’est agi que d’un malentendu, il demeure toutefois nécessaire que perdure la veille citoyenne sur toute situation quelle qu’elle soit, de nature  à conduire à des conséquences irréversibles.

[socialpoll id=”2494930″]

 

Recommandations

Input your search keywords and press Enter.