Taking too long? Close loading screen.
Vous lisez actuellement:
Les dirigeants africains ont créé la plus grande zone de libre-échange du monde depuis l’OMC – Quel est son potentiel
Full Article 7 minutes read

Les dirigeants africains ont créé la plus grande zone de libre-échange du monde depuis l’OMC – Quel est son potentiel

Les dirigeants africains viennent de signer un cadre établissant la zone de libre-échange continentale africaine, le plus important accord de libre-échange depuis la création de l’Organisation mondiale du commerce.

La zone de libre-échange vise à créer un marché unique pour les biens et services en Afrique. D’ici 2030, la taille du marché devrait inclure 1,7 milliard de personnes, avec plus de 6 700 milliards de dollars de dépenses cumulées des consommateurs et des entreprises, si tous les pays africains avaient rejoint la zone de libre-échange d’ici là. Dix pays, y compris le Nigeria, doivent encore s’inscrire.

Le but est de créer un marché continental unique pour les biens et services, avec libre circulation des hommes d’affaires et des investissements.

L’accord a le potentiel d’offrir beaucoup aux pays du continent. On espère que l’accord commercial déclenchera un cycle vertueux de commerce plus intra-africain, qui entraînera la transformation structurelle des économies – la transition des activités à faible productivité et à forte intensité de main-d’œuvre à des activités industrielles et de services à forte productivité et à forte intensité de à son tour, produira des emplois mieux rémunérés et aura un impact sur la pauvreté.

Mais la signature de l’accord n’est que le début. Pour qu’il entre en vigueur, 22 pays doivent le ratifier. Leurs organes législatifs nationaux doivent approuver et sanctionner formellement le cadre, en faisant preuve d’un engagement total en faveur de sa mise en œuvre. Le président du Niger, Issoufou Mahamadou, qui a défendu le processus, espère que le processus de ratification sera achevé d’ici janvier 2019.

 

Cause et effet
Certaines études ont montré qu’en créant un marché panafricain, le commerce intra-africain pourrait augmenter d’environ 52% d’ici 2022. Un meilleur accès au marché crée des économies d’échelle. Combiné avec des politiques industrielles appropriées, cela contribue à un secteur industriel diversifié et à la croissance de la valeur ajoutée manufacturière.

Le secteur manufacturier ne représente qu’environ 10% du PIB total en Afrique en moyenne. Ceci est bien inférieur aux autres régions en développement. Une zone de libre-échange continentale réussie pourrait réduire cet écart. Et un secteur manufacturier plus important signifiera des emplois mieux rémunérés, surtout pour les jeunes. Cela aidera à son tour la réduction de la pauvreté.

Le développement industriel, et avec lui, plus d’emplois, est désespérément nécessaire en Afrique. L’industrie représente entre un quart et un tiers de la création totale d’emplois dans d’autres régions du monde. Et un jeune en Afrique est deux fois plus susceptible d’être au chômage quand il ou elle devient un adulte. Cette situation est particulièrement stressante étant donné que plus de 70% de la population de l’Afrique subsaharienne a moins de 30 ans.

En outre, 70% des jeunes d’Afrique vivent avec moins de 2 dollars par jour.

La zone de libre-échange continentale devrait offrir d’importantes opportunités d’industrialisation, de diversification et d’emplois hautement qualifiés en Afrique.

Le marché continental unique offrira la possibilité d’accélérer la fabrication et le commerce intra-africain de produits à valeur ajoutée, en passant des économies et des exportations basées sur les produits de base à la diversification économique et aux exportations de grande valeur.

Mais, pour accroître l’impact de l’accord commercial, des politiques industrielles doivent être mises en place. Ceux-ci doivent être axés sur la productivité, la concurrence, la diversification et la complexité économique.

En d’autres termes, les gouvernements doivent créer des conditions propices pour que la productivité soit élevée aux normes de compétitivité internationale. L’objectif doit être de faire en sorte que les produits fabriqués dans les pays africains soient commercialisés de manière compétitive sur le continent et à l’étranger, et de diversifier la gamme et la sophistication des produits et services.

 

Diversifier l’économie

 

Les données montrent que les pays les plus économiquement diversifiés sont également les plus performants.

En effet, la diversification est essentielle car «les pays capables de maintenir un savoir-faire productif diversifié, y compris un savoir-faire unique et sophistiqué, sont capables de produire une grande diversité de produits, y compris des produits complexes que peu d’autres pays peuvent .

Diverses économies africaines, telles que l’Afrique du Sud et l’Égypte, sont susceptibles d’être les moteurs de la zone de libre-échange et en bénéficieront probablement le plus. Ces pays trouveront un grand marché continental pour leurs produits manufacturés. Ils utiliseront également leur savoir-faire et leur paysage industriel dense pour développer des produits innovants et répondre à la demande du marché.

Mais l’accord seul ne donnera pas de résultats. Les gouvernements doivent mettre en place des politiques qui stimulent le développement industriel, en particulier la fabrication. Cinq clés se démarquent:

Capital humain: Un secteur manufacturier fort a besoin de travailleurs compétents, sains et qualifiés. Les décideurs devraient ajuster le programme pour s’assurer que les compétences sont adaptées au marché. Et il doit y avoir un accent particulier sur les jeunes. Le programme d’études doit mettre l’accent sur les compétences et le renforcement des capacités pour l’entrepreneuriat et le travail indépendant. Cela devrait impliquer une formation professionnelle dès le plus jeune âge et une amélioration des compétences à un niveau avancé. Cela devrait aller de pair avec la promotion de la science, de la technologie, de l’ingénierie, de l’entrepreneuriat et des mathématiques, ainsi que la formation professionnelle et en cours d’emploi.

Les décideurs politiques devraient également favoriser la migration des travailleurs hautement qualifiés à travers le continent.

Coût: les décideurs doivent réduire le coût des affaires. Les obstacles comprennent l’énergie, l’accès aux routes et aux ports, la sécurité, le financement, les restrictions bureaucratiques, la corruption, le règlement des différends et les droits de propriété.

Réseau d’approvisionnement: Les industries sont plus susceptibles d’évoluer si des réseaux compétitifs existent. Les décideurs devraient atténuer les restrictions commerciales et intégrer les réseaux commerciaux régionaux. En particulier, les obstacles pour les petites et moyennes entreprises devraient être levés.

Demande intérieure: les décideurs devraient offrir des incitations fiscales aux entreprises pour débloquer la création d’emplois et accroître les revenus des particuliers et des ménages. Un pouvoir d’achat plus élevé pour les ménages augmentera la taille du marché domestique.

Ressources: La fabrication nécessite de lourds investissements. Cela devrait être piloté par le secteur privé. Les décideurs devraient faciliter l’accès au financement, en particulier pour les petites et moyennes entreprises. Et pour attirer l’investissement étranger direct, les décideurs devraient aborder les perceptions d’une mauvaise perception du risque. Cela effraie invariablement les investisseurs potentiels ou établit des attentes de rendements excessifs.

Productivité accrue
La zone de libre-échange continentale facilite l’industrialisation en créant un marché continental, en libérant le potentiel manufacturier et en renforçant un bloc de négociation international.

La conversation

Enfin, la zone de libre-échange continentale fournira également aux dirigeants africains un plus grand pouvoir de négociation pour éliminer les obstacles à l’exportation. Cela permettra d’éviter des accords avec d’autres pays et des blocs commerciaux susceptibles de nuire aux exportations et au développement industriel.

 

Recommandations

Input your search keywords and press Enter.